Jésus la victime expiatoire

C’est lui que Dieu a destiné à être, par son sang pour ceux qui croiraient, victime propitiatoire.

Romains 3:25, version Segond NEG.

Jésus est la victime propitiatoire, expiatoire, la version Louis Segond 21 traduit Romains 3:25 par

C’est lui que Dieu a destiné à être par son sang une victime expiatoire pour ceux qui croiraient.

Le propitiatoire au temps de l’Ancien Testament servait à faire l’expiation des péchés du peuple, une fois par an, le propitiatoire se trouvait dans le lieu très saint,

Il égorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au delà du voile. Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l’aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire.

Lévitique 16:15

Lorsque Moïse entrait dans la tente d’assignation pour parler avec l’Eternel, il entendait la voix qui lui parlait du haut du propitiatoire placé sur l’arche du témoignage, entre les deux chérubins. Et il parlait avec l’Eternel.

Nombres 7:89

Moïse avait une relation personnelle avec Dieu.

L’Eternel dit à Moïse : Parle à ton frère Aaron, afin qu’il n’entre pas en tout temps dans le sanctuaire, au dedans du voile, devant le propitiatoire qui est sur l’arche, de peur qu’il ne meure ; car j’apparaîtrai dans la nuée sur le propitiatoire.

Lévitique 16:2

Aujourd’hui nous pouvons entrer librement dans la présence de Dieu, car Jésus a payé le prix une fois pour toutes, il s’est sacrifié pour le pardon de nos fautes, il a expié nos péchés, Jésus est :

l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.

Jean 1:29

Lorsque Jésus est mort sur la croix,

Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.

Marc 15:38

Jésus nous a offert le lieu très saint, nous pouvons nous approcher de Dieu avec confiance et assurance, non grâce à nos œuvres, mais grâce à la grâce de Dieu manifestée en Jésus-Christ.

Entrons dans la présence de Dieu par Jésus-Christ, remettons nos vies dans les mains de Christ et il prendra soin de nous.

Au–dessus de l’arche étaient les chérubins de la gloire, couvrant de leur ombre le propitiatoire. […] les sacrificateurs qui font le service entrent en tout temps dans la première partie du tabernacle ; et dans la seconde le souverain sacrificateur seul entre une fois par an, non sans y porter du sang qu’il offre pour lui–même et pour les péchés du peuple. Le Saint–Esprit montrait par là que le chemin du lieu très saint n’était pas encore ouvert, tant que le premier tabernacle subsistait. C’est une figure pour le temps actuel, où l’on présente des offrandes et des sacrifices qui ne peuvent rendre parfait sous le rapport de la conscience celui qui rend ce culte, et qui, avec les aliments, les boissons et les diverses ablutions, étaient des ordonnances charnelles imposées seulement jusqu’à une époque de réformation. Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est–à–dire, qui n’est pas de cette création ; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui–même sans tache à Dieu, purifiera–t–il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis.

Hébreux 9:5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.